Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier
Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

Emission France 2

Article publié le mercredi 24 janvier 2018 par Jean-Baptiste
Mis à jour le jeudi 25 janvier 2018

Nous avons été heureux de participer à cet événement et cet effort partagé de progresser ensemble hors de nos "frontières".

Nous comprenons aussi combien le chemin est long et combien il faut d’abstinence et de volonté pour continuer.

Comme l’iconographe disparaît devant la création qu’il réalise (il doit rester toujours anonyme) de même l’unité des chrétiens doit se construire hors des acquis et dénominations historiques orthodoxes, catholiques, protestants etc...

La démarche de réaliser une fresque en direct, n’était pas celle de mettre en évidence la personne qui la réalise mais La Personne qui apparaît.

L’artiste devient réellement "artiste" lorsque qu’il disparaît devant l’oeuvre qu’il réalise (afin de ne pas se l’approprier)

Les iconographes ont toujours fonctionné sous forme d’ateliers (Corps du Christ) et non en tant qu’individu.
Ce-ci garantit la crédibilité de leur service et de leur apostolat.

Ce-ci est un combat permanent afin de ne pas perdre le sens de la fonction iconographique si souvent galvaudée et utilisée plus pour le service de l’artiste que pour celle de Dieu.

Nous vivons une époque dangereuse où la confusion règne dans la fonction iconographique. Notre atelier a toujours eu pour mission de mettre en avant la fonction liturgique iconographique (présence de Dieu) avant celle des personnes qui la réalisent.

Nous regrettons à ce sujet que la dernière intervention, qui concluait l’émission du plateau télé ait été censurée.
Je me permettais de rappeler que l’enjeu de l’image chrétienne est de correspondre aux convictions et à la confession de foi des chrétiens et qu’elle ne devrait pas dépendre du "bon goût " des artistes. Ce-ci afin d’éviter le "confusionisme" et affirmer les principes chrétiens sans les confondre ni les opposer avec les autres religions.

Nous avons semble-t-il atteint les "limites" d’un certain œcuménisme (visible lors de la préparation de l’émission).
Petite anecdote : nous avions décidé avec le père Dimitrios de chanter une hymne à la Vierge pour commencer le travail de la fresque (cela a été expliqué par les commentaires qui accompagnaient l"image)
Le responsable protestant nous a fait remarquer que chanter une hymne à la Vierge n’était pas œcuménique...et les réalisateurs catholiques nous ont demandé de changer...

Nous avons expliqué que chanter une hymne à la Vierge faisait partie de principe d’Incarnation (comme le travail de la fresque) important dans l’icône. Aussi, cela a été accepté (mais on nous a demandé de chanter en grecque) ce que nous n’avons finalement fait en français lors du direct.
Pourquoi devoir renier notre confession de foi au nom de l’œcuménisme ?
L’œcuménisme n’est-il pas plutôt le respect et l’acceptation de nos différences ?

Voir lien de ci-dessous pour ceux qui veulent voir ou revoir l’émission :

https://www.france.tv/actualites-et-societe/religion/382293-les-chretiens-et-les-images-quelle-unite-dans-la-diversite.html

Forum de l'article

  • Emission France 2
    24 janvier 2018, par Michèle Arnold

    Merci, Jean-Baptiste, pour ton article et pour l’information concernant cette émission sur France 2, très intéressante, dans ce lieu magique qu’est l’abbaye du Thoronet, dans sa nudité même. Le contraste avec l’église de Sanary montre que la beauté est dans la diversité de ses moyens d’expression ; lorsqu’elle est portée par la force de l’Esprit, elle est une ouverture extraordinaire à la divinité en soi.
    Encore merci,
    Michèle


  • Emission France 2
    30 janvier 2018, par MARIE-LUCE JEANINE

    Encore merci pour ton désir d’unité.

Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2018 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés