Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

La vocation de l’iconographe

Article publié le vendredi 22 mai 2015 par Jean-Baptiste


session d’icône d’Avril en Alsace (Mont St Odile)

Les iconographes sont souvent considérés comme des peintres "anonymes", inconnus aux yeux du monde et de ce fait manquants de reconnaissance.
Evidemment, cette approche est une vision classique qui correspond à un peintre classique.

La différence fondamentale entre un peintre est un iconographe est que l’iconographe "rend présent le monde invisible" auquel il est relié. Il ne cherche pas a exprimer des réalités terrestres (physiques, psychiques ou intellectuelles) mais l’univers entier dans sa relation intrinsèque avec le Créateur.

Peut lui importe les "yeux du monde" et les commentaires issus de l’émotion subjective posés sur ses œuvres.

Il est là pour "révéler" la face cachée des choses !

Cette vocation n’est pas le fruit d’un choix personnel mais d’un appel, ou plutôt de la rencontre des deux. L’iconographe a une vocation particulière : Celle de révéler au monde Celui qui est à l’origine de toutes choses.

Ainsi, la motivation pour peindre des icônes ne peut se confondre avec celle d’un peintre classique.

Peindre des icônes, c’est annoncer le kérigme apostolique tout en étant travaillé par Lui !


Bénédiction des icônes
A l’invitation de la soeur Ikuko (sur la photo) de la fraternité de Jérusalem, la session d’icônes s’est déroulé du 27 au 30 avril dernier au monastère des sœurs bénédictines de Rosheim

Forum de l'article

  • La vocation de l’iconographe
    28 mai 2015, par brizot

    Très juste, et voilà pourquoi une icône devrait être le moins possible un objet marchandisé

    Ce n’est pas la même chose pour la fresque qui n’est pas de même "nature"...


  • La vocation de l’iconographe
    6 juin 2015, par Isabelle Germain

    Bonjour,
    J’ai suivi un cours au centre Sèvres à Paris il y a de nombreuses années dont le motif s’intitulait : Du visible à l’invisible...
    Et nous passions sur des oeuvres de tous siècles ;
    Si l’icône et donc l’iconographe a une place particulière, peut-on faire une dichotomie de telle sorte Il y a différents chemins qui nous relient au coeur !

Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2017 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés