Rubriques

Ludmilla

Ludmilla
Rencontres avec Ludmilla

Diaporama

Damascene
Présentation de l'Atelier

L'Exposition

Expo

Un moment de la vie de l'atelier

Atelier

Recherche

Connexion

Administration du site

"la Lettre aux amis"

Article publié le mercredi 15 novembre 2006 par
Mis à jour le samedi 25 avril 2015

Chers Amis,

Nous oeuvrons toujours avec joie et amour à la proclamation du « Nom de Dieu » en couleurs ! Notre effort demande beaucoup d’énergie et de créativité pour traverser l’épaisse couche de tiédeur spirituelle qui caractérise l’état intérieur de nos contemporains. Pourtant, nous ne perdons pas espoir de faire naître, par la réalisation d’icônes toujours plus transcendantes, le feu de l’amour et de la vérité dans des coeurs parfois desséchés.

Le projet ambitieux de réaliser une belle et grande EXPOSITION pour les quarante ans de l’Atelier fait partie de ce désir : démontrer que l’icône a une réelle existence en ce début du XXIe s. - qu’elle n’est en rien un objet du passé...

pose du levkas

C’est donc avec grand enthousiasme qu’ont été réalisé les planches, le lefkas, l’étude des dessins et leurs reports, tout comme la pose de l’or sous l’oeil attentif de Danielle Jambu et de Catherine Gorget, devenues suppléantes pour la bonne cause ! Ce travail nous a tant absorbés qu’il a été difficile de répondre à des invitations d’exposition autre que celle de l’Institut de Théologie St-Serge à Paris, au printemps dernier. Mais ces activités en commun nous ont donné l’occasion de vivre comme un seul homme, en véritable équipe : désormais nous pouvons dire que le souhait, émis dans la Lettre aux Amis de 2004, de faire vibrer en nous réellement un esprit d’atelier, a pris littéralement corps. - Cette constatation est source de réel réconfort quand nous savons à quel point il est vital pour l’iconographe de ne pas succomber à l’esprit du monde et à celui de la division.- De même, les progrès dans le dessin, la qualité des transparents et l’attention de chacun à pousser toujours plus loin l’apprentissage des « dernières lumières », nous sont des encouragements évidents à poursuivre ce chemin d’espérance rendu à la Gloire de Dieu.

Sachant combien le travail de l’icône réside non dans la vaine gloire de ce monde, ni dans la précipitation et l’activisme, mais bien dans la qualité matérielle de notre propre démarche spirituelle, nous pensons plus sage de remettre cette exposition à 2008. Par la persévérance, la minutie et l’exigence dans notre travail, nous devons être à même, tant en France qu’à l’étranger, de pouvoir rendre un digne témoignage d’un atelier ouvert à tous, où se côtoient à longueur de temps chrétiens de divers horizons (et aussi de simples chercheurs de Dieu...), et où se peignent des icônes en parfaite conformité avec les canons sacrés de l’Eglise. L’effort fourni par chacun d’entre nous pour qu’aboutisse ce projet est remarquable. On peut dès lors constater qu’il a déjà donné ses fruits et que ceux-ci sont beaux à voir !

Pose de la feuille d’or

Pour autant, il ne nous faut pas oublier la partie logistique (création de panneaux explicatifs, assemblage de photos, réalisations de maquettes et de films, prises de contact avec les lieux susceptibles d’exposer, création d’un press-book, etc.). Des « groupes de travails » sont prévus auxquels on peut d’ors et déjà s’inscrire. Nous comptons sur toutes les bonnes volontés

« L’Atelier du Silence » porte bien son nom...et nous avons pu le constater tout au long de l’année où règne un silence d’intériorité, de calme, de sérénité, de repos... Cette quiétude nourrit notre âme dans la révélation de l’Invisible rendu visible sur nos planches. Le silence « profond » a été la caractéristique des sessions de cet été. Nous en avons tous ressenti le bien-être et la paix.
Les Week-Ends d’Orsay et du Vercors ne désemplissent pas. La reprise des cours à Sanary (Var), très attendue des méditerranéens, est fixée à fin septembre. - Ce rythme mensuel constitue la véritable colonne vertébrale de l’atelier. Nos enseignants ne ménagent pas leurs efforts. On peut remercier "l’équipe", car elle a prouvé son efficacité en nous ouvrant sur la dimension collégiale.

Tout en restant attentifs aux attentes et aspirations de chacun, nous ne voulons surtout pas dénaturer l’enseignement de son contenu pédagogique et spirituel initial, mis en place par Ludmilla au temps où elle travaillait avec l’évêque Jean Kovalevsky et Léonid Ouspensky, et recevait leurs précieux conseils. Depuis, cette pédagogie a fait ses preuves.- Jean-Baptiste, à son tour en travaillant en Russie avec Père Zénon, a contribué à enrichir davantage notre « savoir faire ».

Conscients donc d’avoir à transmettre un trésor pédagogique propre à l’Atelier et parfaitement adapté à notre temps, nous veillons vraiment à nous élever à la hauteur du mystère de l’icône et non pas à rabaisser celui-ci en le dénaturant.

C’est pourquoi nous insistons toujours sur le principe de la transmission orale de l’iconographie. L’enseignement spirituel suivi tout au long de l’année (et qui va s’intensifier dès la rentrée,) consacré aux écrits du philosophe russe Vladimir Soloviev et de sa vision prophétique du sens de la beauté, nous permet aussi de grandir dans la quête visuelle du Nom de Dieu. Nous sommes convaincus que ce temps pris pour l’écoute est indispensable à la bonne compréhension de l’évolution du travail de l’icône.

FRESQUE : le chantier de l’église de Sanary touche à sa fin. Nous sommes stupéfaits de l’enthousiasme suscité chez les visiteurs par cette réalisation ! Dieu, dans sa grande miséricorde, a permis que les chrétiens se réunissent à travers Sa Beauté. Cela est comme un baume de réconfort devant le scandale de nos divisions. Ces fresques, peintes dans l’esprit de la peinture sacrée occidentale, semblent donc toucher les coeurs et illuminer les esprits.

Nous avons été très sensibles des compliments reçus de Mg Barbarin , Cardinal Archevêque de Lyon, et de Mg Rey, Evêque de Toulon (catholiques), de Pères André Borrély et Père Placide Deseille, at avons beaucoup apprécié le passage de son Eminence l’Archevêque Gabriel de Comane (orthodoxes).

le choeur des Choristes

La présentation officielle du travail a eu lieu le 7 juillet, en présence des autorités de la ville et des « Choristes » (comme sortis directement du film !) venus donner un concert à cette occasion.

Session de Fresque :
Il est prévu, outre le traditionnel stage de fresque "a fresco", d’entreprendre la réalisation d’un ouvrage réalisé "a seco" par un groupe d’élèves dans une petite chapelle des environs de Grenoble. Cette forme de chantier permettra de réaliser à un moindre coût une création en commun. Vous pouvez, tout comme Raymond, nous mettre en contact avec des communes dont des édifices de ce genre pourraient être appelés à être transfigurés par la fresque ou la mosaïque.

MOSAIQUE - Marie-Noëlle, tout en assumant l’enseignement de l’icône et le secrétariat de l’Atelier, continue le travail de la mosaïque. Grâce à elle et tous les bénévoles (tant élèves que paroissiens et amis), la dalle de béton de la chapelle va pouvoir resplendir d’un pavement « à l’ancienne » digne de la Gloire de Dieu ! - Les stages de mosaïque sacrée ont toujours lieu.

Grâce à vous tous, élèves et amis venant de toutes les confessions, et à l’accueil pratiqué sur les lieux mêmes, nous avons la chance de vivre un chemin d’unité permanent depuis de longues années. Ensemble, nous constatons qu’avant tout il faut apprendre à mieux se connaître pour s’apprécier pleinement et se comprendre...

La Rencontre annuelle des Pasteurs Valentinois,qui a eu lieu cette année à l’atelier,en témoigne. Ils nous remercient pour « la lumière et la beauté des icônes... » - tandis que Père Antronik Atamian, curé des Arméniens de Valence et Lyon, écrit dans le Livre d’Or « J’ai visité ce centre religieux si riche en art byzantin et si proche de l’art religieux arménien. Tous nous buvons à la même source qu’est le Christ ! ».

Nos MEMBRES D’HONNEUR représentant les églises orthodoxe, catholique et protestante, confirment la direction prise par l’Atelier:l’archimandrite Syméon Cossec, les pères Michel Edvokimov, Boris Bobrinskoy, Jean Breck, le Docteur Claude Hiffler et Mme Elisabeth BEHR-SIEGEL, femme courageuse et théologienne renommée (qui, d’En-Haut, est la mieux placée maintenant pour nous soutenir, elle qui nous écrivait en 2003, alors qu’elle ne pouvait plus nous rendre visite : Je suis très heureuse de constater que l’Atelier est un lieu créateur de sainte beauté. Continuez à témoigner d’une orthodoxie ouverte !) - le père René Beaupère et le pasteure Colette Chanat-Gobert.

Nous les remercions vivement car depuis de longues années, ils continuent à nous soutenir et à nous encourager par leur présence fidèle.

Autres INFORMATIONS :

* Père Nicolas et Ludmilla, membres fondateurs, sont toujours aussi vaillants dans leur tâche consacrée au Seigneur. Ils n’ont pas encore la notion de ce que signifie le mot « retraite » !

* Nous prenons de plus en plus conscience de l’importance grandissante de la communication via-internet. Merci à Luc pour son aide précieuse en ce domaine.

* FR3 a présenté l’atelier où l’on voit beaucoup d’entre-vous peindre l’icône !

* A notre grand regret, il a fallu renoncer au voyage en Russie en raison d’une défaillance de l’agence contactée. Sans se décourager, nous le reportons au printemps 2007, avec la perspective d’en entreprendre encore d’autres, car il est important de situer l’icône dans son contexte historique premier.

* Conférences : nous sommes assez souvent sollicités (Blankenberge, St Etienne, Crest, Sanary, Lyon) pour témoigner de l’icône « hors les murs », et nous le faisons avec plaisir, tout en préférant recevoir le public sur place, où l’icône déjà règne en majesté !

* Autres évènements importants : en Février dernier le mariage de Célia et d’Alexandre. Nous sommes heureux que les jeunes enseignants de l’Atelier s’ancrent dans la foi et la réalité sacramentelle de l’Eglise, car ils portent en eux les semences de l’iconographie de demain.

Celia et Alexandre

* Baptême à la chapelle de la petite Irène, fille de Gaëlle, « restauratrice en titre » devenue par amour tisserande en Bretagne !!

Baptème Gaelle

* Nous continuons de prier pour les malades et les défunts, qui est la première vocation de la chapelle et, par suite, de tout l’Atelier. Ne sachant comment compatir à la souffrance de ceux qui sont meurtris dans leur chair, parfois trop nombreux pour être tous nommer, nous remettons alors nos suppliques directement dans les bras de la Mère de Dieu, Notre-Dame de la Dormition....

Que Dieu nous vienne en aide et nous bénisse ! Notre travail d’iconographe n’a de sens que parce qu’il est au service du plus faible. La souffrance de chacun est la nôtre et nous la portons au bout de notre pinceau et dans nos prières.

Le Chef d’Atelier Jean-Baptiste GARRIGOU
Et l’équipe enseignante : Claire, Célia, Marie-Noëlle et Radegonde.

Pose de la feuille d’or
le choeur des Choristes
Celia et Alexandre
Baptème Gaelle
pose du levkas

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Un message, un commentaire ?
 


Plan du site | | Contact | RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP

@ 2006-2019 Atelier St Jean Damascène - Tout droits réservés